l’entente de reconnaissance mutuelle

En vertu de l'Accord canadien sur le commerce intérieur et de l'Entente de reconnaissance mutuelle de la FCAFP, les forestiers professionnels (RPF) et les ingénieurs forestiers (ing.f.) en règle peuvent transférer dans un autre territoire une fois qu’ils ont remis les formulaires et acquitté les frais exigés. Ils doivent aussi se soumettre à un examen sur les connaissances locales pour vérifier qu’ils connaissent les lois, les politiques et les usages propres à ce territoire.


Répondant au désir commun des provinces et du Canada, les membres de la FCAFP ont signé une entente de reconnaissance mutuelle afin d'améliorer la mobilité de la main-d’œuvre à la grandeur du Canada. L'entente, désignée sous le nom d’Entente de reconnaissance mutuelle entre les associations de forestiers professionnels du Canada et ci-après dénommé « l'Entente », établit les conditions dans lesquelles un forestier professionnel inscrit (R.P.F.)/ingénieur forestier (ing.f.) autorisé à exercer sur un territoire du Canada peut faire reconnaître sa ou sa compétence dans une autre administration signataire de l’Entente [insérer le lien vers MRA document pdf].


L'Entente suppose que les organismes membres ont un bon nombre de points en commun quant à l’étendue des actes posés par leurs professionnels et aux champs de pratique prévus dans leurs législations. Ainsi, chacun des organismes membres a officiellement reconnu que les praticiens diplômés d'un programme de baccalauréat en foresterie agréé ont acquis, à quelques exceptions près, les titres de compétence requis pour l’admission à l'exercice de la profession. Selon ses besoins, chaque organisme membre peut aussi exiger que les nouveaux candidats aient acquis une expérience pratique pertinente, fassent preuve d’un engagement au professionnalisme et à la déontologie et qu’ils aient une connaissance suffisante des particularités locales en matière de politiques et de lois forestières et de pratiques professionnelles.


Bien que chaque organisme membre se voie confier par une loi provinciale la responsabilité d’établir ses propres critères de certification, l’Entente les oblige à utiliser des critères justes et réalistes permettant à un R.P.F. ou à un ing.f. de transférer d'une province à l'autre.


L'Entente est la pierre angulaire qui permet aux associations de forestiers professionnels de participer à l'Accord sur le commerce intérieur (ACI) et, bien que l'ACI soit le document principal en matière de mobilité de la main-d’œuvre au Canada, L'Entente précise comment les organismes membres de la FCAFP vont s’y conformer en pratique.