utilisation du titre

Par Ian Millar FPR, avec la participation des membres de la FCAFP

Conventions sociales et diplômes universitaires
Il est parfois difficile d'utiliser correctement un titre (officiel ou professionnel) tant pour l'utilisateur que pour celui qui cherche à l'interpréter. Rien d’étonnant quand on considère toutes les sortes de titres différents. Par exemple, on peut utiliser Monsieur (M.) comme formule polie pour interpeller une personne de sexe masculin. Docteur désigne les diplômés des programmes en médecine ou en art dentaire. On peut aussi désigner sous le nom de Docteur toute personne diplômée d’un programme universitaire de niveau doctoral. Cette dernière situation vient du fait que ces titres représentaient à l’origine des appellations universitaires accordées en raison de réalisations particulières. Aujourd’hui, on peut les attribuer à toute personne qui satisfait aux exigences du diplôme de niveau doctoral.

 

Régi par la loi
On comprend parfois moins bien l’usage des titres régis par une loi professionnelle. Ces titres protégés sont généralement attribués en vertu d’une loi provinciale instituant un organisme qui réglemente un métier ou une profession. Dans le cas d’un organisme professionnel, par exemple, la loi lui confère la responsabilité de réglementer et de contrôler les normes d’admission à l’exercice de la profession ainsi que la qualité de cet exercice chez les membres de cette profession. Comme il effectue la surveillance de la profession, l'organisme est habilité par la loi à accorder en exclusivité à ses membres le droit d’utiliser certains titres, pourvu qu’ils continuent à répondre aux critères d'appartenance à l'organisme. En retour, l'organisme est responsable d'assurer le maintien de l'intégrité du titre. Tout ceci concourt à protéger l'intérêt public en s’assurant de la qualité des services fournis par les professionnels.

 

L’appellation RPF pour les forestiers professionnels
L’exercice de la profession de forestier est régi par les lois provinciales, tout comme c’est le cas pour la gestion des forêts. Ainsi, toute personne qui utilise le titre « Registered Professional Forester » (R.P.F. ou RPF) (ou « ingénieur forestier » - ing.f., au Québec) doit se conformer à la législation ou aux règlements fixant les conditions d'admission à l’association professionnelle de ce territoire. Dans certaines administrations, la loi accorde à la fois un droit d’exercice exclusif et un titre réservé alors que dans les autres, elle n’accorde que le titre réservé. Dans tous les cas, il faut être sûr de se conformer à la législation provinciale avant d'utiliser le titre exclusif sur un territoire donné.

Les associations de forestiers professionnels du Canada ont examiné si les titres protégés pouvaient être transférés d’une administration à l’autre et façon de les utiliser convenablement. Elles ont conclu qu’il est correct d’utiliser le titre à titre informatif, comme sur une carte professionnelle, pourvu que l'adresse indique bien le territoire où le titre est reconnu. Toutefois, toutes les autres utilisations du titre sur un territoire régi par un organisme professionnel doivent se faire conformément à la législation provinciale. On entend par « autre utilisation », le fait d’offrir ses services pour la réalisation de travaux ou de donner des opinions ou des avis professionnels, pour ne donner que deux exemples. Vous obtiendrez plus de renseignements à ce sujet auprès de votre association provinciale de forestiers professionnels.